11/08/2013

Continuum, Saison 2

Continuum, Saison 2, créé par Simon Barry.

Synopsis : En 2077, Kiera Cameron fait partie des Protecteurs qui protègent la ville et se retrouve envoyée par accident dans le passé en même temps qu'un groupe de terroristes sur le point d'être exécutés. Coincée à Vancouver en 2012, elle se retrouve obligée de traquer les terroristes, membres du groupe Liber8, pour les empêcher de modifier l'avenir et de compromettre son futur, sa famille. Elle est aidée par un policier de la VPD et un jeune génie du nom d'Alec Sadler, qui deviendra un des hommes les plus puissants au monde dans le futur d'où vient Kiera.

J'avais déjà rapidement parlé de cette seconde saison de Continuum mais j'avais envie de revenir dessus plus concrètement. Car c'est clairement une très bonne surprise et le niveau est largement plus haut que lors de la première saison qui piétinait un peu par moment. Cette nouvelle saison à su me captiver sur bien des aspects.

Alors que la première saison débutait dans un monde qui pourrait être le notre sans soucis, les derniers épisodes mettaient en place des éléments qui bousculaient clairement cet équilibre et faisait basculer l'univers de Continuum dans quelque chose de plus science-fiction assumée. Au lieu d'évènements isolés qui ne semblent pas influencer la société comme dans beaucoup de série, le final a explosé (sans mauvais jeu de mot) ces barrières et a permis à la seconde saison de s'émanciper de toute notion de continuité avec la réalité.
  Car même si des terroristes qui explosent des immeubles c'est déjà vu, toute l'approche temporelle avec les boucles de causalités pimente bien le tout. Ce qui ne pourrait être qu'une bête histoire policière se transformer en un sac de nœuds qui se dénoue petit à petit.
  Avec le recul j'aime particulièrement l'arc de Kagame et Julian qui s'enroule autour de lui même. Kagame est remonté dans le passé pour faire de Julian ce qu'il est dans le futur lorsqu'ils se rencontreront de nouveau. Simple mais terriblement excitant ! De plus que les nombreux flash-backs/flash-forwards/flash-sideways (difficile de savoir comment les considérer sans savoir si c'est le futur ou une version du passé de Kiera, ou même une réalité alternative) de cette seconde saison viennent épaissir le mystère.

Cette saison est étrangement centrée sur Alec et sur l'évolution de son caractère. Après avoir été sacrément amoché pendant l'histoire de Julian, il découvre un message de son lui futur lui disant de modifier l'avenir. De quoi bousculer quiconque. J'ai particulièrement apprécié l'introduction d'Emily, déjà car j'avais découvert l'actrice, Magda Apanowicz, dans Caprica et que son personnage m'avait déçu et que j'avais envie de lui donner une seconde chance. Ensuite, je trouve que c'était un bon moyen d'équilibrer Alec avec les autres personnages comme Kiera et Kellog. Même si on voit venir de loin le coup de l'espionne, je trouve que la fin de saison rattrape bien le coup et nous offre au final un sacré cliffhanger auquel je ne m'attendais pas vraiment.

Du côté de Kiera, on a un peu l'impression qu'après une première saison à réussir (presque) tout ce qu'elle entreprends elle se prend un sacré revers de médaille où tout est incontrôlable. Elle ne parvient pas à mettre la main sur Liber8, que ce soit Garza ou Travis, et sent son avenir, sa famille, lui échapper un peu plus chaque jour. Elle touche vraiment le fond, émotionnellement parlant, lorsqu'elle récupère la sphère temporelle. On sent qu'elle est vidée, qu'elle n'a plus la force de combattre et qu'elle veut juste rentrer chez elle. Après tout, son arrivée en 2012 n'était qu'une erreur, n'est-ce pas ? C'est encore plus horrible de se rendre compte que ce n'est pas du tout le cas et que le vieux Alec Sadler est derrière tout ça. Je trouve cela encore plus dérangeant de savoir qu'elle a été choisie et envoyée exprès. La question qui reste cependant en suspend est qu'on ignore si ce vieux Alec a aussi eut une Kiera dans sa vie en étant jeune. Est-ce une boucle ou une histoire parallèle ?
  J'ai adoré le fait que Carlos apprenne ENFIN le secret de Kiera. C'est très bien car ce genre de secret s’essouffle plus que rapidement, c'était déjà borderline dans la première saison. Ici cela relance tellement bien la dynamique entre les deux et met également beaucoup en valeur Carlos qui devient du coup un personnage que j'aime beaucoup (ce qui n'était pas forcément le cas dans la première saison). 

Le nouvel aspect que j'ai beaucoup aimé dans cette deuxième saison c'est la transformation de la ville de Vancouver sous l'influence de Liber8, des Freelancers et de Escher. C'est une vision assez sombre qui nous est offerte, entre la corruption politique, la privatisation de la Police et les actes terroristes qui ravagent la ville. Ce qui m'a beaucoup plus c'est de voir se transformer petit à petit la VPD qui était le symbole des 'gentils' dans la première saison et un antagoniste flagrant pour la suite. La chute de Dillon (Brian Markinson) qui se réfugie auprès d'Escher pour reprendre le contrôle de la Police est vraiment intéressante. Au nom de la justice et de la sécurité on bafoue des règles fondamentales des droits de l'homme et on à recours à des méthodes discutables. Seuls les résultats comptent. C'est assez effrayant comme vision et même si la plupart des flics jouent le jeu, on sent qu'il y a une sorte de malaise qui se crée. Le tout explose lorsque Carlos rend son badge et pars rejoindre Julian. Je suis content qu'il embarque Betty avec lui et qu'il la démasque par la même occasion - c'était un point d'intrigue laissé à l'abandon et qui me titillait à chaque fois que la jeune femme était à l'écran.
  Cette fin pour Carlos m'excite vraiment pour la suite car il est clair que les 'méchants' d'avants vont devenir les 'gentils'.

J'aime beaucoup cette saison pour tout les bousculements mais aussi les révélations, principalement concernant la filiation d'Alec. C'est vraiment passionnant à suivre et en quelques épisodes la série a pris un sacré volume. Avec la base de ces deux saisons, la suite promet d'être épique. De plus, je raffole du casting avec tous ses acteurs canadiens où américains travaillant à Vancouver. C'est bourré de visages que je connais et j’apprécie, et cela renforce encore plus mon plaisir à regarder la série.
  J'ai également été très surpris des progrès visuels de la série dont les effets spéciaux sont de mieux en mieux et aident vraiment à s'immerger dans cet univers de plus en plus différent du notre. C'est assez bien filmé et la bande-son participe énormément à l'ambiance. 
  Je suis vraiment curieux de savoir ce qu'on nous réserve pour la troisième saison mais je suis persuadé que cela dépassera mes espérances !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire